Comment créer l’Univers de sa bande-dessinée

Comment créer l’Univers de sa bande-dessinée

Par où commencer  ?

    L’univers d’une histoire, bande-dessinée tout autant qu’un roman ou qu’un film, est une entité gigantesque où l’on pourrait facilement s’y perdre. En effet, “univers” est un mot aussi large que ce qu’il représente factuellement. Au contraire, pour susciter l’intérêt et l’émotion du lecteur ou de la lectrice, il faut que cet univers soit “parlant”. Que les paysages, les objets, les conventions, les traditions illustrées parlent sans mots. Vos lecteurs et lectrices doivent comprendre, acquérir la vie que les personnages et leurs ancêtres vivent depuis des décennies, comme s’ils y étaient et y sont.

Pour synthétiser, je dirais qu’ils doivent pouvoir s’y projeter, s’y imaginer comme un nouveau personnage rajouté par leur propre imagination. 

C’est pour cela que Star Wars, le Seigneur des Anneaux et Games of Throne ont eu tant de succès : nous aimerions vivre dans ces univers, y projeter de faire ce que nous y aurions fait, car nous nous y sommes impliqués.

En tant que scénariste, créateur et créatrice d’une histoire et d’un univers, il sera essentiel pour vous d’offrir un lieu de recueil, d’émotion, d’empathie, de doutes et de réflexion à vous lecteurs et lectrices.

Imaginer une ambiance de vie

Le pourquoi du scénario

Avant tout, il faut mettre en place un “cadre”. Ce cadre est représenté par une ambiance générale autour des personnages.

 La question à se poser avec alors “Pourquoi est-ce que je veux créer un univers ?”. Que voulez-vous faire passer dans ce monde gigantesque que vous souhaitez construire ? Que voulez-vous partager et faire ressentir à vos futurs lecteurs et lectrices ?

Le style graphique de la bande-dessinée

Évidemment, le style graphique d’une histoire illustrée est essentiel. C’est votre “patte”, les traits et les couleurs (ou la non-couleur) qui donneront le ton de l’histoire. Prenez l’exemple des mangas : les séries féminines et romantiques sont dessinées avec bien plus de rondeurs que les séries de types “blockbuster” mettant en scène de la violence et du combat. C’est dans ce sens-là que votre style graphique comportera des codes qui induisent, conduisent de manière implicite les lecteurs/trices à visualiser l’ambiance de l’univers. Et ainsi, pouvoir s’y projeter.

Mais il est tout à fait possible de jouer dans le brouillage des normes en appliquant un style graphique très doux, voire enfantin, dans un monde très violent et sanguinaire. Le paradoxe est aussi un code, mais il se devra d’être pertinent et justifié par l’histoire et le monde créés autour.

Créer un monde incroyable et crédible

Pour rendre l’histoire crédible (même si elle est la plus fantastique et la plus chimérique), il faut que tous les éléments de l’univers coïncident entre eux. Il faut que chaque action ait une justification. Il faut que chaque élément ait une place justifiée.

  • Pourquoi agissent-ils comme ils agissent ?
  • Pourquoi réfléchissent-ils comme ils réfléchissent à cet instant précis ?
  • Qu’est-ce qui plane autour d’eux pour les rendre comme ils sont ?

Dessiner la carte du monde

Le moyen de plus simple de permettre à ses lecteurs et lectrices de se projeter est de matérialiser votre univers. Au-delà du style graphique, il est essentiel de dessiner une carte du monde. En plus d’ajouter de la crédibilité à l’univers, de le rendre réel, elle facilite le travail de visualisation qui n’est pas développé chez tout le monde. En effet, certaines personnes préfèrent suivre une histoire plutôt que de la visualiser sans cesse. C’est aussi l’avantage de la bande-dessinée par rapport au roman non illustré.

Exemple d’une carte du monde de l’univers de la bande dessinée Seedmills

Sachez que la carte du monde est aussi un élément essentiel de scénarisation pour vous, pour développer l’histoire chronologiquement et de manière réaliste :

  • Est-ce que ces personnages peuvent réellement être à tel endroit à tel moment ?
  • Qu’est-ce que cette distance physique implique pour tel et tel personnage ?
  • Quel est l’impact des frontières (si elles existent) sur l’histoire ?
  • Quel est l’impact du terrain et de la géopolitique sur l’histoire et les actions possibles des personnages ?

Les règles de l’environnement 

Qui dit monde dit société. Toute histoire se compose d’une société, même minime, même invisible. Une société n’est rien d’autre qu’une organisation d’êtres vivants hiérarchisée et régulée. Ainsi, ce sont ses règles précises qui vont rajouter tout le piment, la complexité et l’intérêt de l’histoire. Elles servent les questions autour du “Pourquoi ?”. Elles donnent naissance à l’histoire et lui donne une raison d’exister. Si votre histoire n’a pas lieu d’être ou est superficielle, qui voudra la suivre ?

Les règles précises de l’univers tournent autour de plusieurs plans nécessaires à la société :

  • La politique : le type de gouvernement, la direction des règles, les relations entre états et pays, 
  • L’économie : la manière de créer et de dépenser la monnaie d’échange, le type et la valeur de cette monnaie d’échange (qui peut être matérielle ou immatérielle),
  • Les moeurs : ce que la population pense et comment elle agit, quelle est sa position face aux autres plans, les différentes communautés, les différents groupes, les préjugés et les discriminations existantes,
  • La technologie : ou la non-technologie et ce qu’elle apporte ou enlève comme possibilités aux personnages,
  • L’impact sur l’environnement : une sorte d’écologie ou de pollution sur les terres habitables et les ressources naturelles limitée,
  • L’autorité : quelles sont les limites du champ d’action de la population tout comme la sphère politique, le comportement des gardiens de la justice et de la justice en elle-même (s’ils existent)

La raison de faire, la raison d’être

Toutes ces conventions, ces cadres, cette constitution offrira alors la ou les raisons véritable(s) d’agir aux personnages. Ainsi, plus les règles sont complexes mais logiques, plus les actions du scénario prendront de leur sens et plongeront le lecteur-trice dans l’exploration passive de ce monde avec grand plaisir. Car oui, suivre un univers sans pouvoir y prendre part demande un intérêt fort et émotionnel. La rationalité ne sert qu’à lier les actions entre elles pour offrir un monde crédible, le reste n’est qu’empathie et émotions.

C’est pourquoi la raison d’être et la raison de faire des personnages, que ce soit pour le bien comme pour le mal, se doivent d’être réalistes et pertinentes face au monde proposé. Qui est encore subjugué par un vilain méchant qui peut contrôler ou détruire le monde sans autres raisons ? Et un gentil qui met sa vie en danger pour sauver le monde, juste parce qu’il est gentil ?

L’univers est un monde fantastique et crédible qui suscite l’intérêt émotionnel

Un bon univers est aussi captivant par son style graphique, son scénario que par son ambiance générale. Avant même de créer les héros, l’environnement doit faire ressentir des émotions aux lecteurs et aux lectrices et apporter une morale face aux questionnements, aux actions et aux pensées de chaque personnage.

Pour aller plus loin, j’ai réalisé une formation, que je vous offre, pour vous aider à développer votre propre univers !

https://www.etsy.com/fr/shop/Maxencealbanel?ref=search_shop_redirect

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn