Le succès des bookstagrameurs

Le succès des bookstagrameurs

C’est un véritable métier d’avenir, disent certains, quand d’autres sont plutôt sceptiques quant à la distinction et la qualité de leurs contenus. Les influenceurs sont pourtant de plus en plus présents sur la toile, et sont devenus de véritables stars aux yeux des adolescents et jeunes adultes. Mais pas que ! Les genres sont différents et peuvent parler à n’importe quelles tranches d’âge : lifestyle, cuisine, produits du quotidien, soin et bien-être, tout est fait pour que chacun s’y retrouve, et la littérature et la lecture s’y mettent aussi. Après la vague des Booktubeurs (présentation de livres et lectures sur YouTube), les comptes Instagram en lien avec cette catégorie pullulent aujourd’hui sur le célèbre réseau social. Alors, qui sont vraiment ces nouveaux « influenceurs » du livre ? Le secteur de l’édition profite-t-il de cet engouement 

Le Domaine de Seedmills

La lecture mise en lumière sur Instagram : qui sont ces bookstagrameurs(euses)

Peu importe la distinction de sexe et d’âge, les influenceurs en lien avec les livres sont avant tout des passionnés de lecture. Le terme de « bookstagram » est au départ un hashtag qui permet de pointer une image ou une photo en lien avec l’univers de la lecture. Mais c’est vite devenu une distinction à part entière : les bookstagrameurs sont aujourd’hui de véritables influenceurs qui permettent d’entretenir l’échange au sein de la grande communauté littéraire d’Instagram

Le but ?

Présenter un livre tout en le mettant en valeur dans une photographie. Et certains ont de l’idée ! Certains bookstagrameurs se mettent en scène, présentent leur bibliothèque ultra colorée en fond, ou encore créent des montages hors normes pour satisfaire leurs followers. Outre cet engouement autour d’un livre pour son aspect purement esthétique, et l’amour des jolies photographies, la communauté bookstagram joue aussi un rôle déterminant dans la présentation du contenu des livres : des chroniques détaillées accompagnent en règle générale les photos postées. Une manière pour les bookstagrameurs de partager leurs avis sur les dernières sorties livresques et d’inciter leurs followers à les lire ou non

attrayant, les bookstagrameurs usent également des stories pour présenter les ouvrages dernièrement lus, leurs avis, mais aussi pour présenter leurs astuces et leurs bons plans. Cette fonctionnalité d’Instagram permet de poster une vidéo courte et instantanée. Une autre façon de partager, mais surtout de créer du lien avec leur communauté personnelle

Le Domaine de Seedmills

Un engouement profitable aux professionnels de l’édition

Le succès grandissant de ces bookstagrameurs représente aussi un marché florissant pour les éditeurs et autres auteurs indépendants. Parce que ces comptes Instagram sont de véritables vitrines de vente et de mise en avant. Une publicité aux avantages indéniables, mais qui n’est pas toujours gratuite

En effet, les sorties livresques sont nombreuses et les auteurs indépendants aussi. Comment se distinguer au sein de cette communauté littéraire qui ne cesse de croître quand on est professionnel ? C’est simple : les éditeurs passent généralement par un partenariat avec les comptes Instagram qui possèdent un nombre suffisant de followers pour se voir attribuer ce Graal. C’est là, la partie « influente » de ceux qui mettent en lumière la lecture sur le réseau social. Les bookstagrameurs reçoivent donc gratuitement les dernières sorties littéraires de Maison d’édition avec lesquelles ils/elles ont passé ce contrat. Et ça marche. Le deal ? Les livres sont envoyés gratuitement, mais pas d’effet « sponsor » : les chroniques peuvent être tout aussi critiques que positives. Parce que ce qui plaît généralement aux followers, c’est la transparence, et les bookstagrameurs l’ont bien compris

Les partenariats

C’est pourquoi on retrouve aujourd’hui des comptes Instagram en partenariat avec de grandes Maisons d’édition : Albin Michel, Hugo roman, J’ai lu ou en encore Harpercollins se prêtent au jeu

Cette mise en avant des dernières collections littéraires à plusieurs buts : celui d’être mis en vitrine et d’éventuellement générer des ventes et du trafic sur le site des Maisons d’édition, mais aussi celui de partager avec les followers. Pour un éditeur, partager et communiquer sur ses offres avec les internautes, et en lien avec les bookstagrameurs, permet d’axer certaines démarches commerciales ou autres stratégies marketing en fonction de l’attente des lecteurs. Une façon ludique de vendre et de générer du bénéfice, tout en touchant un lectorat plus jeune et connecté. Même les auteurs indépendants en auto-édition s’y mettent : le profit est double et tout le monde y trouve son compte

C’est simple, c’est facile d’accès et ça permet une généralisation de la culture et de la lecture de façon ludique et amusante. Pour les professionnels ou les lecteurs passionnés, l’effet « bookstagram » et son succès a tout de riche et d’intéressant, alors inutile de s’en priver ! enchaînement de photos publiées sur un compte Instagram, le plus souvent harmonieux et sophistiqué

Commandez mes livres : https://www.etsy.com/fr/shop/MaxenceAlbanel